Pourquoi peindre à la cire froide?

Pourquoi faire fi des progrès de notre époque et de la variété de l'offre technique ? Quid de la tenue du médium dans le temps ?  Tous les pigments sont-ils compatibles avec la cire? Peut-on traiter tous les thèmes avec cette technique et, si elles existent, quelles en sont les limites ?

Quel est le meilleur support? Comment le préparer? Y a t-il des limites au format abordé ?......

Voilà quelques unes des questions auxquelles je tenterai de répondre au fil des mois qui viennent.  Tout en vous tenant informés, bien entendu, des sujets qui m'inspirent, de l'évolution de ma production et de l'actualité de mes expositions.

Pourquoi la cera colla ? Pourquoi ce médium et pas un autre ?

l'atelier de couture [1600x1200]

        J'éprouvais le désir d'échapper à certaines contraintes techniques de l'aquarelle et le besoin de plus de liberté. J'ai donc, pendant quelques mois peins à l'acrylique, à l'huile, à la tempéra à l'oeuf, tâté du pastel gras et sec.... Puis mon attention s'est concentrée sur la cire d'abeille qui est un produit sain, noble et naturel employé dans l'art depuis la plus lointaine antiquité. Présent encore dans de nombreuses recettes de peinture.

 Je crois que dans une certaine mesure ce n'est pas le peintre qui choisit son médium mais l'inverse. A chaque tempérament d'artiste une façon de peindre et le médium le plus propice à cette expression. Peindre à la cire demande de la patience, de la souplesse, une bonne dose d'improvisation, du bricolage..autant de choses qui me correspondent.

 Enfin, le plus important sans doute, le désir d'un retour à un certain artisanat. Quand on peint à la cire, tout est à créer soi-même. On est moins dépendant des fabricants dont par ailleurs, je ne nie pas l'importance. Il n'existe pas de tube prêt à l'emploi (ou si peu, j'en reparlerai) , il faut saponifier soi-même la cire si on veut éviter les mauvaises surprises, il faut choisir ses pigments, la texture de sa peinture,les bons pinceaux et couteaux à peindre, le bon support, trouver le vernis adéquat...Bref autant de choses qui font parfois ressembler l'atelier à un laboratoire d'alchimiste mais qui correspondent à l'idée que je me fais du métier d'artiste peintre.

 Ainsi chacun de mes tableaux est unique, les couleurs, les touches, la transparence sont le fruit d'un instant qui ne reviendra jamais sous cette forme.